17/01/2011

GENEVE: LA JUSTICE ET LE PEDOPHILE.

Tous sont égaux devant la loi, mais certains sont plus égaux que d'autres...

On s'en souvient, l'affaire avait fait grand bruit. Le mégalissime et grandissime pénaliste genevois, Jean-Pierre Garbade, avait été condamné par les Tribunaux pénaux genevois pour des rapports sexuels avec des ados bien entendu consentants mais tout de même mineurs; mâles précisons-le, car le carillonnant défenseur des bonnes moeurs n'hésite jamais à porter son honneur et son homosexualité comme porte-drapeau sur les listes électorale de l'extrême-gauche bien pensante. Après s'être pourvu une dernière fois au fédéral, le ténor teigneux a vu notre Haute Cour confirmer la condamnation de l'impétrant pénétrant, mais obtenu un petit rabe comme on dit à l'armée (de prescription pour certains faits, en doute sur l'âge d'un joyeux éphèbe spirituellement pénétré par le membre du barreau genevois). Devait alors tomber la sanction disciplinaire, qui va du blâme à la radiation et croyez bien qu'en temps normal, l'autorité ad hoc ne badine pas avec les écarts de l'élite des défenseurs de la veuve et de l'orphelin.
Pour avoir traité de ronds-de-cuir des fonctionnaires des OPF, un distingué confrère du précédent avait écopé d'un blâme bien senti. Et paf!
Personne n'attendait vraiment une radiation à l'encontre du prestigieux bavard mais une sanction justifiée... Hé bien non, pas de suspension, ni d'avertissement, ni de simple blâme, rien , nada.  Et notre talentueux Marc Bonnant, ancien bâtonnier que l'on a connu mieux inspiré, de nous livrer son verdict définitif sur la justice qui tremble parfois mais ne faiblit jamais! On ne pouvait sanctionner un avocat d'une telle dimension pour avoir offert sa partie virile à des jeunes qui ne demandaient après tout qu'à profiter de sa juteuse expérience. Et puis quoi, le personnage n'est pas curé; qu'il eût été mesquin de lui porter ombrage pour une histoire de touche-pipi non sanctifiée.
Morale de cette affaire: Dura lex sed lex

Écrit par Sir Henry dans Genève | Lien permanent | | | |  Facebook

TUNISIE: Merci Me Mauro Poggia

Objet : Blocage des avoirs déposés en Suisse par la famille et les proches du Président tunisien déchu Zine El Abidine Ben Ali

Monsieur le Procureur général de la Confédération,

Les événements survenus ces derniers jours en Tunisie vous sont connus, et il n'est pas utile de les rappeler. Après 23 ans de pouvoir, le Président Ben Ali a été contraint de fuir la Tunisie avec des membres de sa famille.

Il n'est un secret pour personne que durant ces années, la famille et les proches du président ont pillé le pays à leur profit exclusif, privatisant terrains et sociétés de l'Etat, pour se les approprier.

Il ne fait aucun doute que les futurs dirigeants du pays, à l'issue des élections démocratiques d'ores et déjà annoncées, demanderont aux Etats dans lesquels ce butin a été amassé de le mettre à disposition du peuple tunisien.

La France a d'ores et déjà indiqué qu'elle ordonnait le « gel » des avoirs de l'ex-président. Il en va de la crédibilité de la Suisse sur la scène internationale qu'elle en fasse de même, afin de préserver les droits de l'Etat tunisien.

Ce blocage ne doit cependant pas être limité aux avoirs déposés au nom de Zine El Abidine Ben Ali, mais également de sa famille et ses proches, car il est vraisemblable que ce « clan » ait pris des précautions à cet égard.

.ch Présidence 2010 : Eric Stauffer Vice-présidence 2010 : Roger Golay, Pascal Spuhler, Mauro Poggia, Carlos Medeiros.

C'est ainsi que le blocage devra s'étendre aux personnes suivantes :

•                        • Leila Ben Ali, née Trabelsi, son épouse.

•                        • La famille Trabelsi, nom de jeune fille de Leila Ben Ali, et notamment son frère Belhassen Trabelsi et son neveu Imed Trabelsi.

•                        • Sakhr Matri, époux de la fille des époux Ben Ali.

•                        • Slim Zarrouk, mari d'une fille de Zine El Abidine Ben Ali.

•                        • Slim Chiboub, mari d'une fille de Zine El Abidine Ben Ali.

•                        • Marrouene Mabrouk, mari d'une fille de Zine El Abidine Ben Ali.

•                        • Hedi Jilani, beau-père de Belhassen Trabelsi, et président de l'UTICA, Union tunisienne de l'industrie, du commerce et de l'artisanat.

•                        • Tarek Hamila, beau-fils de Hedi Jilani et propriétaire de Hamila duty-free, qui fournit Nouvelair et Karthago Airlines, compagnies de la famille Trabelsi.

 

Cette liste n'est évidemment pas exhaustive, et le blocage devra s'étendre à tous avoirs dont les personnes précitées sont les ayants-droits économiques.

Nous vous remercions d'ores et déjà de l'attention que vous porterez à la présente et de la suite diligente que vous voudrez bien lui donner, dans l'intérêt, non seulement du peuple tunisien, mais également de la place bancaire helvétique.

Veuillez croire, Monsieur le Procureur de la Confédération, à l'assurance de notre parfaite considération.

Pour le Bureau directeur Mauro Poggia, vice-président

RECOMMANDEE

MINISTERE PUBLIC DE LA CONFEDERATION

42, avenue des Bergières

Case Postale

1000 Lausanne 22

Genève, le 17 janvier 2011

Écrit par Sir Henry dans Air du temps | Lien permanent | | | |  Facebook

14/01/2011

BCGE: Les maîtres de la comedia del arte sont en scène!

Comment se peut-il que les citoyens genevois acceptent d'entendre une si mauvaise comédie se jouer sous leurs yeux sans descendre dans la rue pour manifester leur mépris pour une Justice du canton souillée par la magouilles financière de la BCGE ? 

Voilà qu'aujourd'hui, pour faire dérailler le procès de la BCGE on met en doute l'indépendance de Daniel Zappelli, le richissime milliardaire Carlo Lavizzari et son opportuniste avocat Me Dominique Warluzel tentent d'obtenir sa récusation dans l'affaire RISA (Rente Immobilière SA). dans ce sens auprès de la Cour de cassation qui vient de les débouter cette semaine. (mdr)

Lorsqu'un escroc (présumé...hum ?) comme Carlo Lavizzari, accusé officiellement d'escroquerie et de complicité de gestion déloyale aggravée dans un autre volet de l'affaire BCGe, estime que le procureur général n'est pas indépendant dans cette affaire ;  cela devient un plat de roi que déguste avec délice les députés de Mouvement Citoyen Genevois.

Écrit par Sir Henry | Lien permanent | | | |  Facebook

12/01/2011

OUI NOTONS LE MAUVAIS COMPORTEMENT À L'ÉCOLE !

Oui, monsieur Jean Romain vous avez raison et le MCG approuve cette démarche indispensable dans notre monde de brutes en devenir...

"...Arriver en retard aux cours, insulter ses camarades, cracher, ne pas rendre ses devoirs. répondre grossièrement aux professeurs. Voilà quelques exemples qui justifieraient largement une mauvaise note de comportement. A l’inverse, un élève à l’attitude toujours adéquate pourrait se voir gratifié d’un bon point. ..."

Quelle bonne idée cher député que celle de revenir aux bonnes vieilles méthodes qui répondaient à ce qu'une véritable éducation doit pouvoir infliger aux réfractaires du bon comportement. Notre société en dérive à besoin de limites, l'éducation seule peut les faire respecter et comprendre.

 

Écrit par Sir Henry | Lien permanent | | | |  Facebook