25/10/2011

JEAN ZIEGLER: UN GRAND MENTEUR ?

Je ne les ai pas comptés; d'ailleurs un seul suffit, après, il n'y a qu'à changer le titre. Donc en résumé, Jean Ziegler, l'intermittent de la bonne conscient universelle, le professionnel de l'ethnomasochisme antiblanc, l'ami de tous les dictateurs de gauche de la planète, nous pond un nième brûlot tiersmondiste (t'en as pas marre, Jean?);

Or, il y a peu, ce grand esprit, donneur de leçons, répondait un peu gêné aux entournures, à un journaliste qui lui demandait (pas gêné non plus), s'il ne regrettait pas d'avoir en son temps serré la main à un colonel récemment décédé dans des circonstances tragiques (aux dernières nouvelles, il aurait perdu la maîtrise de son véhicule en cherchant le kit mains libres de son portable pour ne pas être amendé par le GAG - Groupe d'Action Groupusculaire- qui venait de libérer courageusement un mirage dans le désert); après un long moment de silence et le passage d'un ange juste habillé d'une faucille et d'un marteau sur la kékette, Jean Sans Honte, baisse les yeux, marri, et marmonne un timide "- Oui, je regrette", ajoutant qu'il n'avait plus la moindre relation (honteuse?) avec le staphylocoque lybien depuis le tout début des années 80.

Alors là, je dis stop; Jean, tu es un menteur ou tu souffres d'Alzheimer, car en 1989 précisément, à Tripoli, le sémillant libérateur-révolutionnaire-socialiste autodécoré a décerné - ça ne s'invente pas!!!- le prix Khadafi des droits de l'homme à Nelson Mandela; prix qui devait être remis, pour la circonstance, à la fille du brave Nelson qui lui chassait encore les cafards dans un cul-de-bas-de-fosse sud africain (mais ceci est une autre histoire). Et qui devait serrer la paluche de la pulpeuse fille à papa en lui remettant le certificat tiré sur peau-de-fesse?

Eh oui, un certain... Jean Ziegler! Non, ce n'est un homonyme. Et le fait, mon cher Jean, que tu te sois excusé à la dernière minute pour rendre à ton éditeur ton 10e bouquin sur le secret bancaire suisse, ne change rien à l'affaire! Tu es un menteur, je persiste et te mets au défi de me faire un procès pour diffamation, car de nombreux journalistes étaient présents et j'ai des témoins plein la poche.
Alors, si tu pouvais la ramener un peu moins et nous laisser regarder tranquillement le match à la télé, ce serait super sympa.

SANS RANCUNE, PUISQUE LA HONTE OU LA VÉRITÉ NE TUE PAS !

Écrit par Sir Henry | Lien permanent | | | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.