03/12/2013

Télévision Suisse Romande: Des archives coûteuses par manque de prévoyance?

 Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève vient de recevoir par le biais d’une motion, une demande de secours auprès de l’État, pour couvrir les frais de sauvegarde du patrimoine audiovisuel de la Radio Télévision Suisse Romande,  alors je me pose la question après avoir été collaborateur pendant de nombreuses années, comment se fait-il que les éminences grises de la RTSR de l’époque aient laissé partir, auprès d’une société extérieure toutes les machines de reproduction (MAZ, U-Matic, VHS, notamment des bandes magnétiques et des disques 78 tours etc.) indispensables à mettre en route cette conservation souhaitée.

 Certes, il faut sauver et préserver le patrimoine audiovisuel en sa possession ; mais comment est-ce possible que la direction n’aie jamais pensez plus loin que le bout de son écran en se débarrassant à la ferraille de ces précieuses machines, devenues indispensables aujourd'hui ?

 Si la teneur de la nouvelle Constitution genevoise,  stipule, dans son article 217, que « L’Etat veille à la conservation et à la mise en valeur du patrimoine culturel » ; elle ne le fera pas à n’importe quel prix vu que jusqu’à ce jour personne n’en voyait pas vraiment l’utilité.

 La Radio Télévision Suisse Romande, seulement consciente de cette problématique depuis 2005 a créé une Fondation pour la Sauvegarde du patrimoine Audiovisuel de la Radio Télévision suisse, mais en vérité elle aurait dû, elle, conserver toutes ses machines et engager du personnel pour sauvegarder sous son toit ce patrimoine d’archives, cela dès le début. Ce qui aurait couté bien meilleur marché à l’État.

 Au bénéfice de ces explications, nous vous recommandons, Mesdames et Messieurs les députés, du département des finances, de tenir compte de ces précisions.

 

Écrit par Sir Henry | Lien permanent | | | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.