19/09/2014

CINÉMA : DES MILLIONS CACHÉS PAR UN ÉCRAN DE QUESTIONNEMENT

 Le Mouvement Citoyen Genevois en concertation avec nombreux cinéastes genevois bottés en touche, dénoncent cette fondation du cinéma qui est au service uniquement de quatre ou cinq gros producteurs qui s'attribuent à eux-mêmes des subventions. Ce qui pour le MCG est intolérable.

Il faut savoir qu’aujourd’hui l’autorité fédérale de surveillance des fondations enquête sur les dysfonctionnements de la Fondation romande pour le cinéma ("Cinéforom" ou "Fondation Romande pour le Cinéma"). Cette autorité indique avoir des points supplémentaires à éclaircir auprès de Cinéforom. Faute de temps suffisant pour le traitement de ces questions, elle ne sera donc pas en mesure de finaliser son rapport pour aujourd’hui.

Si il est une évidence en tout état de cause, qu’il n’est nullement question pour nous de supprimer l'aide publique actuelle au cinéma genevois et romand, ce qui ne pourrait que nuire gravement à la diversité culturelle, mais nous voulons un contrôle sévère sur la répartition de ces fonds.

Il en va de même d'un maintien du statu quo quant aux modalités de distribution de cette subvention. Par conséquent, il convient à l’avenir de voter de manière responsable en faveur d'une réforme de la Fondation romande pour le cinéma pour une culture et un cinéma romand meilleurs et surtout ouverte à tous.

Dans le futur les conditions suivantes seront donc indispensables:

IMG_4500.JPG



1)    La Fondation romande pour le cinéma doit être transformée en fondation de droit public selon le modèle de Pro Helvetia et dotée d'un droit de recours conformément aux exigences de la Constitution fédérale et cantonale.

2)    Le Conseil de fondation actuel doit être remplacé par des personnes au-dessus de tout soupçon de copinage ou de monopole pour l’attribution des aides.

Je vous  rappel, la Fondation romande pour le cinéma (Cinéforom) est une institution de droit privé qui distribue depuis 2011 de l'argent public sans droit de recours et cela majoritairement à des sociétés anonymes contrôlées, cela est un comble,  par des membres de son propre Conseil de fondation.

Nous ne voulons plus de ce genre d’association obscure qui plombe les jeunes réalisateurs indépendants, qui par ce fait n’ont jamais accès à cette manne.

Nous invitons les autorités à agir dans le futur en faveur d'un système d'aide publique au cinéma
romand qui soit efficace et honnête. Je terminerai par dire : Que si le cinéma doit être du rêve et les factures qui en découlent un cauchemar pour les évincés de l’aide au cinéma, cela est difficilement supportable.

 

Écrit par Sir Henry | Lien permanent | | | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.